Choc culturel et « syndrome de l’Inde »

Syndrome de l'Inde

DestinationsInde
 

Il y a des chances que vous connaissiez déjà ce syndrome ou au moins entendu parlé de lui!. Si ce n’est pas le cas, laissez-moi vous l’expliquer brièvement : l’Inde est un pays rempli de mysticisme, de bruit, d’une pauvreté apparente et beaucoup de choses qui déstabilisent le voyageur.

Ce cocktail chargé se résulte chez certaines personnes en troubles psychiatriques, en dépersonnalisation ou encore en délires. Ce syndrome existe, il est réel et l’Inde reste un pays où le choc culturel est plus prononcé que la moyenne mais il doit être relativisé aujourd’hui.

  

Assurez votre voyage en Inde
S’assurer maintenant

  

 
 

Qu’est ce que le syndrome de l’Inde ?

Ce syndrome que l’on appelle plus largement « syndrome du voyageur » ne s’applique pas uniquement à l’Inde. Le fossé culturel qui peut séparer deux civilisations peut engendrer chez certains des troubles psychiques qui peuvent se traduire en délires ou en dépersonnalisation par exemple. En clair, l’individu touché par le phénomène se retrouve à côté de ses chaussures et ce qu’il l’entoure interfère avec sa conscience. Le sujet observe alors un sentiment « d’étrangeté » et perd le contact avec la réalité ou un mal être incompréhensible.

Ce syndrome peut très bien survenir chez un voyageur qui visite des tribus très isolées en Afrique avec une façon de vivre et des rituels ancestraux complètement inconnus comme l’inverse pourrait se produire, où une personne tribale pourrait atterrir dans une civilisation à la pointe de la technologie sans aucun repères, à titre d’exemple. Le voyageur est alors complètement déboussolé par ce changement brut et radical.

Le syndrome de l’Inde à travers les années

Le syndrome de l'Inde
© Tom Spirit / Le syndrome de l’Inde

Années 1970

Ce syndrome a été observé de nombreuses fois en Inde et au Népal (principalement à Katmandou), qui sont des pays aux cultures fortes et très décalées de celles de l’Occident, si c’est pas opposées. On a commencé à entendre parler de lui dans les années 1970 où de nombreux hippies d’Amérique, de France, de Suisse, d’Angleterre (…) s’y rendaient en pèlerinage. La drogue était largement associée au mouvement et nombre d’entre eux sont restés piégés dans ses méandres. L’opium est par exemple une drogue très présente en Inde, fournie principalement par l’Afghanistan, pays par lequel les hippies passaient, notamment à Kaboul qui était une étape majeure avant que le pays ne soit envahi par les soviétiques.
 

Fous de l'Inde
Crédit : Wikimedia Commons / Un hippie à Kaboul, Afghanistan

La brutalité du choc culturel à cette époque et la combinaison de différentes autres drogues ont laissé certains de ces voyageurs dans des phases d’errances et de troubles psychiatriques dans cette partie du globe, dont un certain nombre d’entre eux en Inde.
 

Années 1980 aux années 2000

La culture indienne est extrêmement complexe, ses codes sociaux-culturels et religieux fortement ancrés étaient à l’origine du syndrome chez les voyageurs pendant cette période. Bien que le pays commence fortement à se conformiser dans ces années avec la mondialisation, tout comme beaucoup d’autres pays, le choc culturel reste très brut et très significatif. Le syndrome y est toujours associé et en excluant quelconque drogue. Le mysticisme de l’Inde est toujours aussi fort et sa pauvreté est frappante, bien assez pour faire perdre les pédales aux visiteurs.
 

Voyager en Inde de nos jours

Les sources à propos du syndrome de l’Inde se réfèrent souvent aux années évoquées précédemment. En effet, l’Inde est sortie du tiers-monde entre temps et la longévité des indiens s’est nettement allongée, ce qui est indice significatif. On parlait à une époque de cadavres dans les rues et de mort omniprésente.

Si c’est encore le cas dans certains endroits et que la pauvreté est encore très marquée, elle reste moins intense qu’il y a 20 ou 30 ans. De plus, l’ouverture du pays sur le monde a radicalement changé. Il faut garder en tête que l’on est en 2023. La mondialisation est toujours plus forte et l’apparition des smartphones a tout changé.

Je veux dire, on vit quand même dans une époque où lorsque par exemple on prend le train, il n’est pas rare d’entendre un indien à quelque mètres de soi faire défiler des vidéos sur Facebook pendant des heures avec toutes ces musiques tendances et redondantes qu’on entend dans presque tous les pays aujourd’hui, style Tiktok, vous voyez ? L’Inde pratique toujours de fortes traditions ancestrales mais elle vit aussi avec son temps.

Ce n’est plus la même histoire que lorsque les indiens n’y avaient pas accès et n’avaient pas idée de ce à quoi ressemblait l’Occident. De ce fait, nos repères se sont multipliés au fil du temps, et sans parler de l’expansion du tourisme et de tous les outils à notre disposition pour faciliter le voyage.

Le syndrome était bien plus présent lorsque les voyageurs étaient livrés à eux-mêmes dans un pays sur lequel il avaient peu d’informations, pas de milliers de guides de voyage sur Internet, pas de Google Maps, pas autant de commodités… C’est pour cette raison que le syndrome doit être dévalué et relativisé aujourd’hui.

Je remarque qu’une bonne partie des voyageurs se représentent cette Inde de plusieurs décennies auparavant avant de s’y rendre et j’en faisais d’ailleurs parti. Les temps ont changé oui, mais ce pays reste tout de même à part. L’Inde ne laisse pas de marbre. Tout ce que j’ai relevé précédemment ne signifie certainement pas que vous ne prendrez pas cette grosse claque qui vous attend lors de la découverte. Ce pays secoue et est très différent du reste du monde.

 
Alors qui est concerné par le syndrome aujourd’hui ?

Selon moi une personne avec une certaine sensibilité non préparée à un tel voyage (notamment pour un premier) pourrait y être confronté dans la mesure où le changement est trop radical pour un voyageur non averti. Entre le choc culturel, la foule, le climat et tous les stimulis encore inconnus jusque là. Si le syndrome reste rare, la plupart des voyageurs qui se sentent trop désorientés et confus dans ce nouvel univers décident dans la plupart des cas de fuir le pays. D’après les retours que j’ai eu, c’est ce que je constate. En Inde, tout ce que l’on « masque » habituellement en Occident nous saute à la figure sans crier gare. La mort, la spiritualité, la considération du divin, les besoins primaires (…) tout est posé sur table, rien n’est mis sous la nappe. Dans ce pays, la Vie bat son plein.

Je pense que l’on peut y être confronté aussi d’une autre manière : lorsque l’on décide de plonger dans les entrailles infinies de la culture hyper-complexe de l’Inde. Pour prendre mon exemple, je passe beaucoup de temps à essayer de comprendre la mythologie hindoue, ses liaisons et les influences qu’elle a sur la société et dans les mœurs actuels. Il se trouve que plus je trouve de réponses à mes questions et plus de portes s’ouvrent, entrainant alors tout un tas d’autres questions à leur tour. Cette culture extrêmement vaste et profonde peut clairement rendre fou. La vie des indiens et les sociétés reposent complètement sur la mythologie. Tout est lié de près ou de loin et je pense qu’une personne peut être complètement déroutée si elle chercher à rentrer trop profondément dans ce mysticisme et ces choses qui nous dépassent complètement.

Des lieux où la religion est très forte et l’atmosphère lourde de ferveur peut aussi déboussoler certaines personnes. Je pense notamment à Varanasi ou n’importe quelle autre ville de pèlerinage importante comme Prayagraj, Kedarnath, Ujjain et j’en passe.

Les endroits bondés peuvent aussi causer des troubles aux personnes sujettes à l’ochlophobie ou l’agoraphobie, ce qui peut être le cas dans de nombreuses grandes villes qui ont un trafic élevé, beaucoup de foule et de chahut. Et encore plus dans de grandes métropoles telles que New Delhi, Bombay ou encore Calcutta par exemple. La pauvreté de certains quartiers peut être difficile à voir pour certains.
 

L’évidence du premier du divin qui est placé en premier plan en Inde peut être quelque chose de déroutant pour n’importe qui et cela dépend de la sensibilité de tout un chacun.

 

« Sentiment océanique »

J’ai passé beaucoup de temps à éplucher les forums où de nombreux voyageurs parlent de leurs troubles pendant et après leur voyage en Inde et malgré tout, force est de constater qu’une partie non négligeable d’entre eux expérimentent encore aujourd’hui des sentiments d’oppression, de vagues d’émotions incontrôlées ou de brouillard mental une fois en Inde. J’ai trouvé beaucoup plus d conversations en anglais mais il y en a quelques unes sur le Routard aussi.

🔎 Poursuivre la lecture sur le Routard

 

LIRE AUSSI :
Guide de voyage Inde

Livre à propos du syndrome de l’Inde

Définitivement, ce pays exerce une puissance inconnue chez les voyageurs, c’est ce qui fait tout son charme. « L’Inde rendrait-elle fou ? », Régis Airault, un psychiatre traitait ce sujet en Inde et a reçu des patients dans son cabinet basé à Mumbai. C’est d’ailleurs lui qui a popularisé le terme « syndrome de l’Inde » pour la première fois bien que ce phénomène ne soit pas avéré au niveau de la médicine.

Régis Airault a écrit à un livre à ce sujet. Si vous voulez en savoir plus sur ce « sentiment océanique » tel qu’il le décrit, vous pouvez l’acheter ici :
 

Conclusion

L’Inde est un pays qui possède une culture religieuse extrêmement complexe avec des racines profondément ancrées, des traditions intenses et une façon d’aborder la vie très décalée de ce que nous connaissons en Occident. Voyager un Inde promet au visiteur une expérience sans pareil qu’il ne trouvera nulle part ailleurs. Et si il y est disposé, à voir la vie sous un nouvel. L’Inde est une terre riche et mystique qui fait remettre de nombreuses choses en question après un voyage.

L’Inde de nos jours n’est plus aussi « brute » qu’elle ne l’était il y a plusieurs décennies mais conserve toujours des traits culturels très forts qui peuvent tout de même faire perdre la tête et ce, même à un voyageur expérimenté. Le choc culturel en Inde est fort et bouleversant la première fois mais il peut être évité selon les endroits que l’on visite.

Oui, d’un point de vue occidental on voit beaucoup de choses qui nous paraissent démesurées. Non, on ne voit pas des choses choquantes à chaque coin de rue. Certains évènements religieux ou certaines traditions le sont mais le voyageur y est confronté la plupart du temps de son plein grès et rarement aléatoirement dans la mesure où il sait où aller pour trouver les choses les plus étranges et déconcertantes.

Cet article avait surtout pour but de relativiser les symptômes liées à ce que l’on appelle le « syndrome de l’Inde » qui se raréfie de nos jours. Un voyage en Inde bouscule la plupart des visiteurs, mais ça ne veut pas dire que ce phénomène qui semble un peu poil trop fantasmé vous guettera forcément lors de votre séjour, mais vous devrez vous rendre à l’évidence qu’ici, le divin est au premier plan. L’expérience que le visiteur tire de ce pays dépend de sa propre sensibilité, et Dieu sait qu’elle est différente de tout un chacun.
 

Conseils pour voyager

Le syndrome de l'Inde
© Tom Spirit / Voyage en Inde : choc culturel

Si vous pensez être trop désorienté en Inde, je vous conseille simplement de partir en tour organisé avec une agence de voyage, où vous serez avec d’autres touristes. Ou bien partir avec un ou plusieurs proches!

Je vous conseillerai aussi de visiter des régions plus douces, comme les campagnes luxuriantes du Kerala, ou commencer par une étape à Goa qui est le repère de nombreux occidentaux et qui n’a rien de déstabilisant puis progresser vers d’autres contrées à votre rythme. Le nord de l’Inde est généralement beaucoup plus peuplé et plus « nerveux » alors vous devriez l’éviter ou vous adapter à l’Inde du sud avant de l’envisager.

Voyager avec un bon budget peut faire aussi la différence dans la mesure où vous pourrez opter pour la restauration de qualité et éviter les troubles gastriques qui prennent beaucoup d’énergie en voyage et surtout vous offrir les meilleurs moyens de transports et des chambres confortables pour vous assurer un sommeil de qualité. Visiter l’Inde quand on est pas au top de sa forme, croyez-moi, ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur.
 
 
 


 
Lire aussi :

Je vous conseille fortement cet article très bien écrit à propos du syndrome de l’Inde. Son auteur y a rassemblé des passages de plusieurs psychiatres, d’experts de l’Inde et des témoignages de voyageurs :

🔎 Lire plus à propos du syndrome de l’Inde
 

Rejoignez ou lisez une discussion autour de l’Inde et des symptômes qu’elle provoque chez certains voyageurs et leur retour à ce sujet sur Le Routard.

🔎 Lire plus sur le forum du Routard
 

Vous pourriez aimer aussi :

🔎 Voyager en Inde en tant que femme

Comment voyager en Inde

Retrouvez un guide de voyage complet pour visiter l’Inde en solo. Vous trouverez toutes les informations nécessaires pour faciliter votre séjour dans le pays, à savoir :

Endroits à ne pas manquer – formalités – visas – sécurité – comment se déplacer – où loger (…)

🔎 Guide de voyage en Inde
 
 

Visitez d’autres endroits de l’Inde

Préparez votre voyage en Inde

Partager l’article

Facebook
Pinterest
WhatsApp

Rejoignez-nous sur Instagram ou Facebook

Pour suivre l’aventure..

S’abonner à la newsletter

Inscrivez-vous pour être informé du contenu exclusif de voyage. Votre boîte mail ne sera jamais spammée.

À propos de l’auteur

Picture of Tom Spirit
Tom Spirit
Hello, c'est Tom! Bienvenue sur Spirit Travelers. Nomade depuis plusieurs années, je met mon expérience à profit en publiant du contenu et des guides de voyage sur ce blog. Retrouvez des pays à visiter parmi les plus populaires mais aussi des destinations hors des sentiers battus.

Contenu similaire

Guide de voyage Inde

Guide de voyage Inde

Comment voyager en Inde ? Un guide complet pour visiter le pays : visas, sécurité, formalités, endroits à voir, où manger, où dormir (…)

Indargarh, Inde, ville bleue

Découvrez Indargarh en photos

Découvrez Indargarh, un village bleu du nord de l’Inde : une destination méconnue des voyageurs et complètement hors des sentiers battus au Rajasthan.

Visiter Alwar - vlog Rajasthan

Visiter Alwar (vidéo)

Vidéo de voyage à Alwar, au Rajasthan (vlog). Je vous fait découvrir ce lieu unique en son genre !

Changer de destination

Assurez votre voyage

Les lecteurs de Spirit Travelers bénéficient d’une remise de 5% pour les voyages de moins de 3 mois (vacances)

Banque voyage

Trouver une activité

Voyage et tour du monde

S’équiper avant de partir en voyage ou en tour du monde
Ça m’intéresse

Trouver un vol pas cher

Trouver une activité

Voyage et tour du monde

S’équiper avant de partir en voyage ou en tour du monde
Ça m’intéresse

Trouver un vol pas cher

Assurance voyage

Les lecteurs de Spirit Travelers bénéficient d’une remise de 5% pour les séjours de moins de 3 mois (formule vacances)

Banque voyage

COMMENTAIRES

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires